February 8, 2017 - No Comments!

Le monogramme d’hier à aujourd’hui

Considéré comme l’ancêtre du logotype, le monogramme est l’une des plus anciennes méthodes d’identification d’une personne ou d’une autorité.

Les spécialistes des arts et du design ne s’entendent pas tous sur sa définition. En général, le monogramme est définit comme étant une marque ou une signature stylisée et formée de la combinaison de chiffres ou de lettres initiales d’un nom. Le monogramme sert à marquer l'appartenance. Il est utilisé pour signer un vêtement, une oeuvre, un meuble, ou tout autre objet appartenant à un propriétaire spécifique.

Les pièces de monnaie antiques

Les monogrammes ont d’abord été introduit sur les pièces de monnaie en Grèce et en Rome Antique. Ces pièces servaient non seulement de moyen d’échange, mais également de méthode de propagande. C’est ainsi que plusieurs d’entre elles marquent le reigne d’importants empereurs. Les monogrammes permettaient d’économiser de l’espace sur ces petites pièces de laiton, de cuivre, d’argent ou d’or qui ne dépassaient, dans certains cas, à peine les 3 cm!

Pièce de monnaie byzantine affichant le monogramme de Théodorich

Cette pièce de monnaie présente le monogramme de Théodorich dit « le grand » (455–526). Les historiens décodent un D et un N, pour Dominus Noster (Notre Seigneur), puis les lettres du nom THEODERICUS. Comme certains pourront le constater, les monogrammes n’étaient pas destinés à être lus, mais plutôt à être reconnus! Source: Coin Archives. 520–530. “Solidus Numismatik.” Coin Archives.

Le monogramme du Christ

Très vite l’église catholique a adopté le monogramme pour former ce que l’on pourrait qualifier d'« identité visuelle ». Le « chrisme » est un symbole formé des deux premières lettres du mot latin ΧΡΙΣΤΟΣ, qui signifie « Christ ». Le Chi (X) et le Rho (P) sont parfois accompagnés des lettres Alpha (α) et Oméga (ω), qui symbolisent le commencement et la fin. Le monogramme du Christ est d’abord inscrit sur des tombeaux, dans les catacombes romaines par exemple, puis éventuellement sur les mosaïques, les vitraux et les sculptures d’inspiration chrétienne.

Le monogramme du Christ

Ici, le chrisme est sculpté sur un sarcophage chrétien qui se retrouve aujourd'hui dans le Musée du Vatican. Lorsqu’entouré d’un cercle ou d’une couronne, le symbole évoque l’idée de l’éternité de Dieu le Père. Source: Source: OP, Laurence. 2007. “Chi Rho”. Flickr.

La signature du roi

Charles dit « le grand », ou Charlemagne (742–814), populairement considéré comme « l’inventeur de l’école », a appris à lire et à écrire en fait que très tard dans sa vie. Comme la plupart des rois et empereurs avant lui, il devait assurément signer ses documents officiels avec l’inscription d'une simple croix. Plusieurs historiens croient que son conseiller lui aurait appris à modifier cette croix pour la rendre distincte. Il lui aurait suggérer d’y ajouter consonnes aux extrémités et voyelles aux centre, de manière à former un monogramme de nom latin Karolus, qui se traduit par le nom français Charlemagne.

La signature du roi Charlemagne

La signature du roi est composée d’une croix ainsi que des lettres formant le nom latin Karolus, qui se traduit par le nom français Charlemagne. Source: Abulédu Data. "Monogramme de Charlemagne”.

Au tour des artistes

Les artistes savent flairer la bonne affaire lorsqu’il en est une! Plusieurs ont donc adopté le monogramme comme façon de signer leurs oeuvres. Parmi les plus connus se retrouvent l’artiste allemand Albrecht Dürer (1471–1528), le peintre français Henri de Toulouse-Lautrec (1864–1901) et le peintre autrichien Gustav Klimt (1862–1918).

Les monogrammes de Albreicht Dürer, de Henri de Toulouse-Lautrec et de Gustav Klimt

Le livre Artist’s Monograms and Indiscernable Signatures de John Castagno est une référence en matière de monogrammes et signatures d’artistes. Source: Dubois, Jean-Pierre. 2014. “Monogrammes”. JP DUBS.

Le trousseau de mariage

Le monogramme est devenu très populaire au début du XXe siècle. Symbole de richesse, il est graduellement apparu sur les objets du quotidien des familles aristocrates. Il était commun pour les femmes fiancées de broder leurs monogrammes sur les mouchoirs, nappes et édredons qui allaient constituer leur trousseau de mariage!

L’ancêtre du logotype

Aujourd’hui, les monogrammes sont partout! Certains bénéficient d’une incontestable notoriété dans le domaine de la mode par exemple, et représentent des marques telles celles de Louis Vuitton, de Roger Federer, ou encore, de Yves Saint Laurent.

Les monogrammes de Louis Vuitton, de Roger Federer et de Yves Saint Laurent

Sources

Seibt, Werner. 2016. 'The Use of Monograms on Byzantine Seals in the early Middle-Ages (6th to 9th centuries)’. Parekbolai 6. 1–14 see it here.

Published by: Laurence Pilon in Graphic design, History, Typography

Leave a Reply

9 − 3 =